Les troubles cognitifs et comportementaux acquis sont une altération des fonctions cognitives, c’est-à-dire une perturbation des capacités de l’être humain à :

  • Mémoriser
  • Planifier ses actions
  • Raisonner
  • Maintenir son attention
  • Être capable de traiter des informations sensorielles, de langage, d'espace
  • S'adapter à son environnement

Les perturbations de ces fonctions cognitives pourront être à l’origine de troubles comportementaux, c’est-à-dire d’une modification du comportement habituel du sujet, dans certaines situations. Ce « handicap » peut être important, en cas de lésions cérébrales, mais il peut aussi être discret, léger, voire même inapparent. Il pourra donc être ignoré à la fois du patient qui ne se reconnait plus, n’arrive pas à définir ses difficultés, mais aussi méconnu du corps médical. Tous ces éléments aboutiront à une incompréhension de l’entourage, du milieu professionnel et parfois des soignants.

En l’absence de réponses adaptées, ces troubles pourront avoir des retentissements majeurs sur la vie sociale et professionnelle des personnes qui en sont atteintes. Ainsi, cela pourra être un frein à la reprise de la vie antérieure à la lésion neurologique ou à la maladie, et être aussi un facteur important de désinsertion professionnelle.

 

Origines possibles des pertubations cognitives et/ou comportementales

  • Patients cérébro-lésés : traumatisme crânio-cérébral, accident vasculaire cérébral
  • Tumeurs cérébrales
  • Maladies inflammatoires : Sclérose En Plaques, infection par le VIH
  • Maladies neurodégénératives : Maladie d’Alzheimer, démences rares, Maladie de Parkinson
  • Lésions vasculaires : lésions vasculaires sans accidents vasculaires cérébraux au décours du diabète et de l’hypertension artérielle
  • Mais aussi perturbations des fonctions cognitives sans atteinte directe du système nerveux central comme :
    • dans les troubles du sommeil : syndrome d’apnée du sommeil, syndrome des jambes sans repos
    • dans les troubles psychiques : dépression, syndrome maniaco-dépressif…

 

Des experts en région

L'ADNA (Association pour le Développement de la Neuropsychologie Appliquée)

L'ADNA a été créée en 1994. Association de Loi 1901 sans but lucratif, elle a été reconnue en 2008 d'intérêt général.

Ayant comme territoire d'intervention la Franche-Comté, l'association a pour missions :

  • d'optimiser le diagnostic des troubles cognitifs et/ou comportementaux chez les patients et ce, quelle que soit l'origine de leur pathologie
  • de coordonner la prise en charge de ces patients sur le plan sanitaire, médico-social, psychique et socioprofessionnel.

Contacter l'ADNA

 

L'AFTC (Association des Familles de Traumatisés Crâniens et cérébro-lésés)

L’AFTC est une association de soutien des familles pour répondre aux besoins des personnes traumatisées crâniennes et cérébro-lésées. Elle est constituée des familles adhérentes, mais, de façon plus large, elle rassemble également les usagers bénéficiaires de ses structures et leurs familles ainsi que les professionnels salariés de l’association.
Elle s’appuie sur deux grands principes :

  • La place des familles : L’association est née des familles, coeur de l’association, leur place, leur rôle et leur implication doivent rester prépondérants.
  • La spécialisation dans le traumatisme crânien et les lésions cérébrales

Depuis le rattachement de l’UEROS (Unité d’Evaluation de Réentrainement et d’Orientation Sociale et Socio-Professionnelle) à l’AFTC, d’autres structures ont vu le jour comme : le CAJ (Centre d’Accueil de Jour) situé à Besançon, les SAMSAH (Services d’Accompagnement Médico-Social pour Adultes Handicapés) du Doubs et de Haute-Saône, ainsi que les GEM (Groupes d’Entraide Mutuelle) sur Vesoul, Gray et enfin Pontarlier. Leur rôle est de répondre aux besoins des personnes cérébro-lésées, de leurs familles et de créer des liens.

Contacter l'AFTC