La perte auditive totale est rare. Comme pour le handicap visuel, la plupart des déficients auditifs possèdent « des restes auditifs » pour lesquels les prothèses auditives apportent une réelle amplification. Selon les cas, ce handicap s’accompagne ou non, d’une difficulté à oraliser. Un certain nombre de personnes sourdes utilisent la langue des signes et d’autres la lecture sur les lèvres pour communiquer. Sur 6 millions de personnes sourdes et malentendantes, seulement 100 000 utilisent le langage gestuel.

 

Un peu de vocabulaire

Implant cochléaire : appareil électronique composé d’un implant interne et d’un implant externe permettant aux sourds profonds de retrouver une perception auditive.

Surdité de transmission : elle touche l’oreille externe et se caractérise par une perte des sons graves.

Surdité de perception : touche l’oreille interne. Généralement, elle se corrige efficacement par des appareils auditifs. Peut être causée par des expositions à des sons très forts.

 

Comment aider

Le handicap auditif n’est pas apparent. Voici quelques signes pour identifier une personne sourde ou malentendante :

  • La personne pointe son oreille du doigt et secoue la tête.
  • Elle bouge les lèvres sans produire de son ou parle d’une voix modulée.
  • Elle communique avec des signes.
  • Elle vous présente un calepin et un crayon

Les personnes sourdes ou malentendantes peuvent souvent lire sur vos lèvres (lecture labiale) :

  • Assurez-vous que la personne vous regarde avant de parler.
  • Choisissez un endroit calme où votre visage est éclairé.
  • Ne mettez pas la main devant la bouche, ne mâchez pas de chewing-gum et souvenez-vous qu’une moustache ou une barbe peuvent empêcher la lecture labiale.
  • Ne criez pas, parlez clairement à un rythme modéré en articulant.
  • Faites des phrases courtes et utilisez des mots simples.
  • Reformulez plutôt que de répéter une phrase non comprise.
  • Accompagnez vos paroles de gestes simples et d’expressions du visage.
  • Assurez-vous que la personne a bien compris.
  • Ne parlez pas en tournant le dos à votre interlocuteur.
  • Soyez patient et ne vous énervez pas si on vous demande de répéter.

En complément des aides auditives, plusieurs possibilités permettent aux personnes malentendantes de communiquer :

  • La lecture labiale : elle consiste pour la personne sourde ou malentendante à reconnaître les mots en fonction de la forme prise par les lèvres. Mais cela reste difficile et contraignant.
  • La Langue française Parlée Complétée : elle permet de coder avec la main tous les sons de la langue française. En complément de la lecture labiale, elle permet à la personne sourde de comprendre et à des enfants sourds d’accéder à la langue française.
  • La Langue des Signes Française : c’est une langue à part entière pratiquée par des centaines de milliers de personnes sourdes en France mais aussi par les professionnels en contact avec les malentendants (orthophonistes, enseignants, travailleurs sociaux…). C’est une langue visuelle qui associe gestes, mouvements corporels et qui possède sa propre grammaire et syntaxe. Chaque pays a sa propre langue des signes, mais les sourds de différentes nationalités communiquent facilement après un temps d’adaptation. Il y a donc la LSF (Langue des Signes Française), la BSL (British Sign Language), l’ASL (American Sign Language) et c’est ainsi pour tous les pays.

Il n’est pas facile d’indiquer une direction à quelqu’un qui ne vous entend pas. Quelques conseils peuvent vous y aider :

  • Placez-vous à côté de la personne.
  • Ne parlez pas en marchant.
  • Aidez-vous de dessins.
  • Ne dirigez pas la personne sans vous être assuré au préalable d’avoir capté son attention, vous risqueriez de la surprendre.
  • Soyez précis.

On ignore souvent que de nombreux sourds de naissance ont des difficultés pour écrire ou lire. De nouvelles méthodes d’apprentissage tendent à résorber ce handicap supplémentaire. Contrairement aux idées reçues, être sourd n’induit pas d’être muet !

Que ce soit dans les transports en commun, dans les magasins ou encore au bureau, les sourds et malentendants ne perçoivent pas les messages diffusés ou les signaux d’alarme. Pour leur confort et leur sécurité, n’oubliez pas de leur transmettre les informations.

(Sources : Vivre ensemble, guide des civilités à l'usage des gens ordinaires et Agefiph, Qu'est ce que le handicap ?)

(En savoir plus sur le handicap auditif : fiche INTEGRANS Repères sur les déficiences auditives au format pdf)

(Sources : www.integrans.org)

 

Des experts en région

L'URAPEDA (Union Régionale des Associations de Parents d'Enfants Déficients Auditifs) Bourgogne - Franche-Comté - Centre

L’URAPEDA de Bourgogne et Franche Comté est une association de loi 1901 créée en 1995 et reconnue d’intérêt général en 2007. Elle regroupe les associations départementales de parents d’enfants déficients auditifs de Bourgogne et de Franche-Comté et elle est affiliée à la Fédération ANPEDA. L’URAPEDA à pour objet de faciliter l’intégration des personnes sourdes et malentendantes en milieu ordinaire par le biais de la compensation langagière. Elle s’engage à oeuvrer pour le respect de l’autonomie des personnes, le droit à l’égalité des chances, la non discrimination, le respect du choix du mode de communication, la prise en compte individuelle de la personne et de son projet. L’URAPEDA intervient sur le plan de la compensation langagière uniquement. Toutes les interventions sont réalisées en partenariat avec les professionnels compétents.

Les Services proposés par l’URAPEDA Bourgogne et Franche Comté : un pôle étudiants, un dispositif emploi formation, des prestations aux entreprises, un partenariat avec les MDPH, l’interprétariat.

Depuis mars 2011, l’URAPEDA Bourgogne et Franche-Comté a mis en service une plateforme de communication à distance qui permet aux personnes sourdes ou malentendantes de fluidifier leurs communications au sein de l’entreprise.

Contacter l'URAPEDA

 

Les associations dédiées au handicap auditif

L'ANPEDA (Association Nationale des Parents d'Enfants Déficients Auditifs)

La Fédération ANPEDA a pour objet la mise en relation de parents d’enfants déficients auditifs, afin de créer pour eux un espace d’accueil, d’échange et d’écoute... En tant qu’association nationale de parents, la Fédération siège dans différentes instances représentatives, tels que le CNCPH, le Comité d’Entente, l’UNAF, la FEPEDA, l’UNISDA... Véritable acteur de la politique du handicap, la Fédération est également le porte parole des associations locales et des parents auprès des pouvoirs publics, principalement des Ministères de l'Education Nationale et de la Santé, des Relations sociales, de la Famille, de la Solidarité et de la Ville, de la Culture et de la Communication, de la Jeunesse et des Sports... La Fédération travaille en étroite collaboration avec l’UNISDA (qui fédère les principales associations représentatives des publics de personnes sourdes ou malentendantes, tous modes de communication confondus)

Contacter l'ANPEDA