Handicap, de quoi parle-t-on ?

 

La question du handicap est multiple. Multiple par son vocabulaire, multiple par ses définitions, et multiple par ses représentations.

 

Origines du mot handicap

Le mot handicap provient d’un terme anglais : « hand in cap », ce qui signifie littéralement « main dans le chapeau ». Cette expression découle d’un jeu d’échanges d’objets personnels qui se pratiquait en Grande Bretagne au 16ème siècle.

Un arbitre évaluait les objets et s’assurait de l’équivalence des lots afin d’assurer l’égalité des chances des joueurs. Le handicap traduisait la situation négative, défavorable, de celui qui avait tiré un mauvais lot.

Le mot sera ensuite utilisé pour qualifier un désavantage attribué aux meilleurs joueurs dans certains sports afin d’égaliser les chances avec les autres joueurs (courses à handicap dans le sport hippique notamment).

 

Evolution des représentations

Selon Jodelet, Les représentations sont une forme de connaissance socialement élaborée. Elles ont une visée pratique et concourent à la réalisation d’une réalité commune.

Aussi loin que remonte l’histoire ; des mythes de l’Antiquité, en passant par le Moyen Age, la première Guerre Mondiale, ou même les dernières représentations cinématographiques ou artistiques du 20ème siècle, le handicap a toujours été synonyme d’exclusion, de pauvreté, d’infirmité, d’incapacité, etc.

Pendant la première moitié du 20ème siècle, la législation a commencé à favoriser ceux qui étaient considérés comme infirmes et exclus de la société. Sont alors apparues les premières lois et associations pour la défense des personnes handicapées et en situation de handicap. Il faut alors définir clairement la notion de handicap. D’une logique d’assistance, de réparation, à une logique de participation, accessibilité, compensation, en passant par la reconnaissance et l’intégration, les représentations évoluent et se superposent.

 

Définition de la situation de handicap

Dans les textes législatifs, il n’apparait aucune définition du handicap jusqu’en 2005. La loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation à la citoyenneté des personnes handicapées en donne une.

Il s’agit de « toute limitation d’activité ou restriction de participation à la société subie dans son environnement par une personne en raison d’une 10 altération substantielle, durable ou définitive, d’une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales ou psychiques, d’un polyhandicap ou d’un trouble de santé invalidant ». Cette définition souligne qu’au-delà des déficiences elles-mêmes, ce sont les conséquences de ces déficiences qui constituent les handicaps.

Pour beaucoup le handicap c'est ça (fauteuil roulant)

 

La convention des droits des personnes handicapées de l'ONU

Depuis 30 ans les textes internationaux de l’ONU œuvrent pour une pleine participation - l’égalité l’exercice effectif des droits

La Convention relative aux droits des personnes handicapées de 2006 est une convention internationale de l’ONU qui a pour objectif de « promouvoir, protéger et assurer » la dignité, l'égalité devant la loi, les droits humains et les libertés fondamentales des personnes avec des déficiences en tous genres. La convention défend la pleine jouissance des droits humains fondamentaux par les personnes en situation de handicap et leur participation active à la vie politique, économique, sociale et culturelle. Les 200 pays qui ont ratifié cette loi s’engagent à contribuer au changement des mentalités.

Télécharger la convention relative aux droits des personnes handicapées

 

Les classifications internationales

En 1980, l’OMS propose la classification internationale des handicaps (CIH). Celle-ci distinguait trois niveaux sémantiques : la déficience, l’incapacité et le désavantage social

En 2001, une révision du texte de 1980 est faite, donnant la Classification Internationale du Fonctionnement, du Handicap et de la santé, dans laquelle le handicap est défini comme un terme général désignant les déficiences, les limitations d’activités et les restrictions de participation. à ce qui donne la terminologie « être en situation de handicap ».

Divers modèles ont été proposés pour comprendre et expliquer le handicap et le fonctionnement.
La CIF, qui a utilisé une approche bio-socio-psycho-sociale, tente de réaliser une synthèse cohérente des différentes perspectives sur la santé, qu’elles soient biologiques, individuelles ou sociale. Une dimension sociale et environnementale du handicap qui sera confirmée et officialisée en 2005 avec la loi « pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées ».

« Le handicap n’est pas simplement un problème de santé. Il s’agit d’un phénomène complexe qui découle de l’interaction entre les caractéristiques corporelles d’une personne et les caractéristiques de la société où elle vit. Pour surmonter les difficultés auxquelles les personnes handicapées sont confrontées, des interventions destinées à lever les obstacles environnementaux et sociaux sont nécessaires. » (OMS, 2015)